OP Stories

×Categories

CONVERSATIONS | CULTURE

Incarner un personnage avec le danseur de ballet, avec Julian MacKay.

Lecture 7 min

Oliver Peoples parle pratique, précision et inspiration avec cet artiste dynamique international.

Julian Mackay incarne la transformation. Né dans le Montana, Julian est devenu le premier Américain diplômé à la fois des écoles primaire et secondaire de l’Académie de chorégraphie de Moscou. Des années plus tard, il s’est entraîné pour le très concurrentiel Prix de Lausanne avec The Royal Ballet de Londres jusqu’à son retour en Russie, où il est devenu depuis le plus jeune soliste du prestigieux Théâtre Michel de Saint-Pétersbourg. À travers entraînements et répétitions, le danseur a perfectionné son habileté et peaufiné sa compréhension du personnage et des représentations. Pendant ce temps, Julian a récolté énormément de vues sur YouTube et de « like » sur Instagram, grâce à sa présence captivante et sincère.

Julian MacKay dancing with coleridge in new antique gold/black

Le ballet fascine le public depuis des siècles pour les exploits entrepris par les danseurs dans le but de raconter une histoire.

Forme de danse théâtrale, le ballet trouve son origine dans la Renaissance italienne mais c’est le Roi de France Louis XIV qui a rendu cet art célèbre et normalisé certains de ses mouvements. Au 19e siècle, la Russie a repris les commandes et produit quelques-uns des ballets les plus appréciés aujourd'hui. Pour un danseur de ballet, avant et encore maintenant, la précision, l’extension, les pointes et la fluidité s’associent afin de raconter une histoire d’amour, de perte ou de victoire. Les danseurs de ballets aussi font vivre cette habileté tous les jours à travers une discipline rigoureuse et des performances physiques impressionnantes incorporant des levers, des sauts et des tournoiements.
L’amour de Julian pour le ballet alimente son pouvoir de transformation. « J’en suis d’abord tombé amoureux car j’ai découvert que la meilleure façon pour moi de m’exprimer était à travers le mouvement et la danse » nous explique-t-il. Avec la danse, je pouvais faire des choses dont je ne connaissais même pas le nom - ou afficher un sentiment que je ne pouvais pas exprimer autrement. » Ces sensations ont poussé Julian à déménager en Russie afin de poursuivre son ambition à l’âge de 11 ans. L’académie de chorégraphie de Moscou - liée à l’école de ballet la plus réputée au monde - prépare uniquement les jeunes danseurs les plus talentueux à une éventuelle carrière.

Julian MacKay with emerson in black diamond

Acheter les Emerson en Black Diamond

Les poses les positions peuvent être enseignées mais la patience requise chez un danseur de ballet est innée.

Julian MacKay dance with emerson in black diamond

Acheter les Emerson en Black Diamond

Parmi tous les arts, le ballet est celui qui requiert les mouvements les plus physiques, éprouvants et profonds.

« Nous n’étions que des enfants âgés de 10 et 11 ans, et avions un travail sérieux », poursuit Julian. « À cet âge, il s’agit déjà d’un métier très sérieux. Nous arrivions à 7h45 afin de nous préparer pour le cours de 10h. » Les répétitions et les représentations ont peaufiné les compétences de Julian. C’est pourtant son coach, Misha, qui lui a appris à développer plus que les performances physiques, mais le jeu de personnage si essentiel aux histoires racontées à travers le ballet. C’est ce qui sépare un danseur compétent d’un danseur avec un avenir sur scène. Julian explique que des séances immersives d’un mois et demi lui permettent de créer son personnage - et en comprenant parfaitement son rôle, un danseur de ballet peut transformer n’importe quel mouvement sur scène en quelque chose de significatif.
L’autre rôle d’un danseur de ballet est de trouver l’équilibre entre une technique à l’épreuve du temps et des représentations harmonieuses et mystiques. Un regard assidu sur le passé a accentué la réussite de Julian dans ce domaine. « Le ballet est une forme d’art si vieille », déclare-t-il. « En sachant ce qui s’est passé auparavant, vous pouvez déterminer ce dont vous êtes capable de faire avec vos propres représentations ». Ainsi, à travers la recherche vidéo, Julian a identifié les positions et les pas des anciens danseurs, mais insiste sur le fait que lorsqu’il danse, il modifie ce qui a été fait. En fait, il n’y aura jamais deux mêmes représentations. « C’est impossible de copier quelqu’un », déclare-t-il, « car vous ne pouvez pas vous cacher. Quand je danse, j’ajoute ma touche personnelle. »

Julian MacKay with o'malley in emerald bark

Julian collabore avec les fans qui le suivent, en créant plus de liens avec ses représentations et le théâtre.

De la pose inébranlable de Julian sur scène à sa personnalité joyeuse qui en découle, une nature dynamique est née dans sa maîtrise des nuances historiques du ballet. Ceci dit, même si Julian se tourne vers le passé pour trouver de l’inspiration, il définit activement le futur de son art pour la prochaine génération - il est un lien pour l’habileté et ses idées charismatiques rappellent aujourd'hui aux gens la beauté complexe et intemporelle du ballet, et bien plus encore. Son engagement - c’est-à-dire des entraînements six jours sur sept ou des recherches méticuleuses - l’aide non seulement à peaufiner son habileté mais également à l’ancrer dans les mémoires.
Julian pense obtenir de nouveaux rôles qui seront décisifs mais sa plus grande ambition est de se rapprocher des gens. Cela signifie parfois regarder au-delà de la scène traditionnelle afin de susciter l’intérêt du public. « Depuis cette année, je fais des galas et des représentations dans le monde entier en plus d’être soliste. J’ai rassemblé 15 000 personnes dans un seul spectacle. J’ai fait une tournée en Chine et vu énormément de personnes venir voir des représentations et tomber amoureux du ballet », déclare-t-il. Afin de conserver cette habileté compétitive pour chacun, Julian souhaite toucher à tous les moyens de diffusion, qu’il s’agisse de « participer à une émission télévisée de danse, jouer dans des films ou se produire lors de grands événements » dans le monde entier.

Julian MacKay with m-4 30th in antique gold

Chaque mouvement signifie quelque chose dans le ballet et permet de façonner le personnage du danseur.

Avec la danse, je pouvais faire des choses dont je ne connaissais même pas le nom - ou afficher un sentiment que je ne pouvais pas exprimer autrement.

« Plus vous pouvez vous rapprocher des gens, plus ils voudront venir au théâtre - et plus cela signifiera quelque chose pour eux » ajoute-t-il. « Ces éléments soutiennent le rôle d'un danseur : la chorégraphie, les réseaux sociaux. C’est tout un mélange qui vous permet de vous rapprocher des gens avant le spectacle. » Dans cette quête, Julian a mis en scène différentes représentations, dansé dans de nombreux pays sur plusieurs continents et rassemblé des fans dans le monde entier. Ses comptes sur les réseaux sociaux lui permettent d’avoir des conversations honnêtes et authentiques avec ses « followers ». Julian partage son enthousiasme pour la danse avec le monde du numérique.
Pour tout son travail acharné dès l’âge de deux ans et demi, Julian attribue à sa famille son ascension vertigineuse. « Mes sœurs sont de jolies ballerines et ce sont elles qui ont démarré la tendance du ballet dans ma famille », déclare-t-il. « Mon frère Nicholas se trouve avec moi en Russie. Il produit tout ce que je fais et réalise des courts métrages appelés « the Mackay Chronicles ». J’ai reçu du soutien depuis tout petit, ce qui est la chose la plus précieuse lorsque vous commencez si jeune ». Julian est digne de ce soutien car il faut une personne compatissante et puissante afin de continuer à faire régner le ballet, et il a déjà excellé en tant qu’ambassadeur habile.

Texte: David Graver

Photos: Andrew Arthur