OP Stories

×Categories

CONVERSATIONS | CULTURE

Les secrets de Studio Mondine
sur l’art floral

Lecture 10 min

Des éléments rares à l’inspiration internationale, explorez les arrangements du duo de designers établi à San Francisco.

Amanda Luu et Ivanka Matsuba, fondatrices de Studio Mondine à San Francisco, observent la nature et ses saisons changeantes pour trouver de l’inspiration. Leur choix des matériaux ne se porte pas sur la peinture ou le bois, ni sur la toile ou le cuir. Elles travaillent plutôt avec des graines et des tiges, en faisant pousser des fleurs et des espèces rares. Tout ce qu’elles assemblent rappelle les jardins anglais fantaisie et mal entretenus ainsi que les offrandes ikebana japonaises précises et puissantes. De leur philosophie commune à penchant minimaliste dans un style personnel à leur enthousiasme pour les composants spéciaux, les travaux du duo sont un mélange de beauté réelle et d'imagination fantastique. En plus de perfectionner son art, Studio Mondine l’enseigne - et ouvre ses portes pour des ateliers aux airs de balade dans les champs en fleurs. « Travailler avec des fleurs dans ce contexte requiert une sensibilité au monde qui nous entoure » déclare Amanda, « une curiosité pour le fonctionnement des fleurs et des plantes, ainsi qu'une certaine expérience dans l’expression de l'unité de la nature et de l’humanité. » L'ikebana incarne cela.

Ivanka wearing Suliane

Ivanka porte les Suliane.

Amanda wearing Lain

Amanda porte les Lain.

L’ikebana :

L'ikebana est un type d'offrande japonaise aux autels bouddhistes remontant au 7e siècle. Il s’est ensuite introduit dans les intérieurs afin de décorer les alcôves « tokonoma » traditionnelles. La forme d’art vivant a évolué et changé jusqu’à aujourd'hui. Dans la foulée de ce développement artistique, le premier boom est arrivé en association avec le rituel du thé, ou « chadō », qui est en soi un art de la performance. La cérémonie du thé était un exercice d’esthétique et d’hospitalité, afin que les praticiens suivent également l’ikebana et ses règles.

« À l’origine, le style Rikka cherchait à exprimer la beauté des paysages naturels grâce à un arrangement soigneux de neuf tiges précisément, représentant les éléments de la nature », explique Amanda. « Ce style élaboré et décoratif nécessitait quelque chose de plus simple et de plus accessible : c’est de là qu’est né le style Nageire. Nageire se traduit littéralement par « fleurs jetées » et est beaucoup moins structuré que les styles antérieurs. C’est également la forme d’ikebana la plus facilement reconnaissable : il s’agit en fait d'un arrangement triangulaire de trois tiges ou branches avec une asymétrie marquée. »

Ivanka doing an arrangement
A final perfect arrangement

La formalisation du style Nageire a donné naissance à une autre composition à trois tiges, le style Shōka, qui visait à capturer la pureté ou l’essence intérieure des matériaux mêmes. Le Moribana, ou « fleurs empilées » était un nouveau style introduit par l’école Ohara. « On commence ici à voir l’influence de l’Occident sur la forme d’art » poursuit Amanda. « Les fleurs sont libérées des alcôves « tokonoma » traditionnelles et conçues pour s’adapter aux nouveaux intérieurs et couloirs de style occidental. Enfin, le Jiyūka marque le dernier style, qui est considéré comme le « freestyle ». Tout est permis ; les adeptes de ce style intègrent des éléments non-floraux inattendus dans leurs compositions. Les expressions de ce style sont plus personnelles, dans un but souvent esthétique. » Amanda nous fait remarquer que les grands maîtres auraient désapprouvé. « Tandis que la forme d’art s’est installée dans le royaume laïc et que les règles ont été adoucies, l’ikebana en lui-même est synonyme d’expression de la beauté inhérente du monde naturel en harmonie avec l'humanité », conclut-elle. « Les adeptes de l’ikebana continuent d’explorer les thèmes de la simplicité, du naturalisme, du rythme, de l’harmonie, et de l’équilibre dans leur travail, espérant ainsi obtenir des connaissances plus profondes de la beauté mystérieuse du monde naturel. » Studio Mondine explique ci-dessous son arrangement créé en partenariat avec Oliver Peoples — et détaille le processus pour le reproduire à la maison.

Notre arrangement :

Choix des éléments : L’arrangement consiste en trois éléments : le physocarpe marron, des têtes de semences de dentelle de la reine Anne, et l’Agrostemma. Nous adorons l’interaction entre les fleurs fraîches et les fleurs séchées, le mélange des plantes cultivées et des plantes sauvages. Le physocarpe marron et les têtes de semences de dentelle de la reine Anne étaient sauvages, tandis que l’Agrostemma était cultivé avec amour par nos amis à Bluma Farms. Varier les textures et l’échelle des éléments dans vos arrangements crée une représentation plus dynamique et honnête des paysages naturels.

Lain amongst the ingredient selection

Les Lain au milieu des différents éléments.

Palette : Nous travaillons avec une palette nuancée, naturaliste et vivante de marron vif, bronze, brun doré, et blanc étincelant. Ces couleurs sont simples mais saisissantes lorsqu’elles sont associées ; les touches de rouge et les petites taches de bronze sur le physocarpe ajoutent une certaine énergie et croissance. Quelqu’un qui connaît bien les saisons remarquera que bien souvent, une nouvelle pousse prend une apparence dorée ou bronze. Les têtes de semences séchées brun doré ajoutent un aspect terrestre modeste et familier. Quant au blanc éclatant de l’Agrostemma, il tranche avec l’aspect boueux des deux autres couleurs, ajoutant ainsi un côté pur et étincelant à l’arrangement. Dans son ensemble, cette palette semble pittoresque et naturaliste, en raison de l’équilibre minutieux des couleurs. Forme : Une profusion de fleurs vient compléter le tout, mais l’effet général est encore assez minimaliste et pittoresque. Cela est dû à l’utilisation prononcée de l’espace négatif dans l’arrangement, qui sculpte une vallée profonde au centre de celui-ci. Cette considération minutieuse offre aux yeux un chemin à suivre : ce dernier commence par la tige la plus haute de l’Agrostemma, descend par les têtes de semences regroupées, et continue le long des lignes du physocarpe.

Le processus :

1.
Fixez un jensen, ou « pique-fleurs » au fond d'un bol large et peu profond à l’aide de mastic floral.
Commencez par les branches de physocarpe. Attachez la tige la plus longue dans le « pique-fleurs » et placez-la à droite de l’arrangement. Ajoutez une tige plus courte à gauche de l’arrangement. Ajoutez la dernière branche de physocarpe au centre de l’arrangement. Cette dernière doit être assez épaisse afin de créer du volume au centre.

2.
Ajoutez les têtes de semences séchées une à une, en les faisant s’empiler et s’appuyer les unes sur les autres. Regroupez-les à droite de l’arrangement.

Ivanka and Luu laughing
Ivanka and Luu making an arrangement
A final materials selection
Ivanka and Luu are arranging the last details
Ivanka and Luu are creating

 

 

3.
Les branches de physocarpe donnent la forme d’ensemble et ajoutent de la texture. Leurs bourgeons délicats ajoutent de l’effervescence à l’arrangement.

4.
À présent, ajoutez les fleurs d’Agrostemma, en les regroupant au centre de l’arrangement et en les faisant dépasser en haut et à l’extérieur du côté gauche. Jouez avec la longueur des tiges afin de créer du volume au centre. Ajoutez quelques fioritures d’une longueur suffisante à gauche afin d’avoir un équilibre avec la longue branche de physocarpe à droite de l’arrangement. Faites ressortir une grande tige de l’arrangement afin de créer un espace négatif encore plus prononcé au milieu de ce dernier.

A beautiful materials selection

5.
Pour la touche finale, nous conseillons toujours de prendre du recul et d’examiner l’arrangement dans son ensemble. Bien souvent à ce stade, on retirera une fleur ou on coupera une branche. Il ne faut jamais que l’arrangement ait l’air trop parfait ou « fini » ; en s’inspirant de l’esthétique wabi-sabi, on se rend compte qu’une légère irrégularité ou imperfection confère à l’arrangement un aspect vivant qui nous semble familier, voire intime.

6.
Notre arrangement pour Oliver Peoples, vu ici. Étonnement simples mais totalement saisissants, les détails sont là pour être découverts et explorés, tout comme avec n'importe quel modèle de la collection Oliver Peoples. Le lien commun qui nous unit : l’intention, la clarté d’expression, et l’attention aux moindres détails.