OP Stories

×Categories

Campagnes | Savoir-faire

La Walker House et le lien intrinsèque entre la Californie et le design japonais

Lecture 6 min

OP-1955 with his case

L’admiration que porte Oliver Peoples à la capacité qu’ont les Japonais de sublimer le simple a inspiré la nouvelle collection titane de la marque : Oliver Peoples Takumi.

Le 13 juin 1945, Della Clinton Walker, devenue veuve, adresse une modeste requête à Frank Lloyd Wright : « Je possède une pointe de terre rocheuse à Carmel, en Californie, qui s’étend dans l’Océan Pacifique. Il s’agit d’un terrain plat situé tout au bout d’une plage de sable blanc. Je rêve d’une maison éloignée de la route qui me protégerait du vent et qui serait aussi solide que la roche, mais qui rappellerait également la transparence et le charme des vagues, et la délicatesse de la côte. Vous seul saurez réaliser une telle merveille. Voulez-vous bien m’aider ? » Cette proposition bien poétique a dû fasciner Wright. L’architecte américain, déjà bien connu dans le monde entier, était réputé pour sa capacité à marier l’univers naturel avec ses constructions. Trois ans après avoir reçu la première lettre de Mme Walker, Wright avait défini les plans de la maison et, en 1951, le bâtiment fut achevé.

Les lunettes Takumi 1 en Pewter en parfaite harmonie avec l’élégante tranquillité de la Walker House.

La Walker House, telle que nous la connaissons, a servi de lieu de shooting photo pour Takumi, la dernière collection en titane d’Oliver Peoples. Cette collection capsule mêle les principes du design japonais et l’héritage de la marque, proposant ainsi des lunettes dont les détails ont été très soigneusement étudiés et témoignant une profonde reconnaissance de l’artisanat. Ici, techniques modernes et sensibilité vintage se côtoient dans des créations indubitablement intemporelles.
Du filigrane géométrique délicat aux embouts lestés écaille de tortue, chaque composant, aussi petit soit-il, a été mûrement réfléchi. Chaque paire de lunettes a été conçue avec des matériaux de la plus haute qualité et avec grande attention quant à la façon dont elle sera perçue sur le visage, mais aussi dans le monde. La valeur accordée à la qualité et à l’esthétique de Takumi se retrouve dans la Walker House. Vu de côté, le bâtiment repose sur de gros rochers et des touffes d’algues brunes.

Les inspirations architecturales sont nombreuses dans la collection Takumi, tout particulièrement dans le filigrane géométrique personnalisé que l’on retrouve ici sur les tenons du modèle Takumi 2 en Antique Gold, posé à côté des plans d’origine de la Walker House et du crayon de Frank Lloyd Wright.

Un promontoire de pierre, le point le plus avancé de la maison, est surmonté d’un mur surbaissé sur lequel reposent plusieurs niveaux de fenêtres et un toit bas. Wright ayant utilisé des matériaux locaux, la maison s’intègre parfaitement au paysage terrestre. Les murs en pierre de Carmel aux nuances crème et coquille d’œuf semblent se fondre dans le sable, tandis que le toit en cuivre vert pâle patiné reflète l’écume. Située à la jonction de la terre et de la mer, la Walker House est parfaitement intégrée aux deux éléments, aussi improbable que cela puisse paraître.
L’esthétique pour laquelle Wright s’est fait connaître revient en partie à son obsession pour l’art japonais, et plus particulièrement la gravure sur bois. Connues sous le nom d’Ukiyo-e, qui signifie « images du monde flottant », les estampes transmettaient des messages simples mais très beaux, laissant le spectateur leur donner un sens en l’absence de détails excessifs. À travers l’Ukiyo-e, Wright a développé une philosophie d’architecture organique basée sur ce qu’il appelait l’« élimination de l’insignifiant », une sorte de credo prônant le « less is more » qu’il appliquait aux structures qu’il construisait aux quatre coins du monde.

Une profonde reconnaissance de l’artisanat définit à la fois la collection Takumi et le chef-d’œuvre architectural de Frank Lloyd Wright : la Walker House de Carmel en Californie.

La soudure unique du pont du modèle Takumi 3 en Pewter + Ash Blue fait partie des détails faits main soigneusement étudiés.

Les montures en titane Takumi créent un style minimaliste raffiné.

 

 

Sur une table de la Walker House, on retrouve d’autres éléments attestant son amour des estampes : un vieux livre dont la couverture est très sobrement ornée d’un carré rouge. Bien que Wright ait pris le soin de préciser qu’il s’inspirait de l’art japonais et non de l’architecture, ses structures présentent des similitudes frappantes avec les structures japonaises : les matériaux naturels, l’attention portée au paysage, la relative simplicité et l’échelle humaine. Comme de nombreux bâtiments au Japon, ceux de Wright ont été conçus de façon à exister en communion spirituelle avec leur environnement et leurs habitants. Vue de l’extérieur, la Walker House semble simple mais n’en attire pas moins l’œil. À l’intérieur, c’est un havre de paix.
Bien que, d’une certaine façon, elle puisse être appréciée de tous, une partie de sa beauté est réservée à son propriétaire. Tout comme en tenant une monture Takumi dans sa main on remarquerait la soudure unique du pont ou les perforations le long du cerclage, la Walker House est une révélation : on y découvre au fil du temps les petits détails presque imperceptibles qui témoignent du savoir-faire de l’artisan. Bien entendu, Wright n’était pas le seul architecte à s’inspirer des Japonais. Aux États-Unis, et plus particulièrement sur la côte ouest, certaines structures rendaient, subtilement ou non, hommage au pays du Soleil-Levant. Ses contemporains Richard Neutra et Rudolph M. Schindler ont tous deux utilisé des éléments,

milan boutique from outside

Wright a utilisé de la pierre de Carmel à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison pour obtenir un effet véritablement harmonieux.

japonais dans leurs œuvres, comme des ornements épars et la manipulation de la lumière. Ensemble, Wright, Neutra et Schindler ont défini une nouvelle architecture vernaculaire appelée « modernisme californien », un mouvement qui doit beaucoup au Japon. On peut se demander pourquoi, au juste, la Californie s’est avérée une terre si fertile pour les philosophies du design japonais. Peut-être est-ce à cause de l’océan, des kilomètres de côtes escarpées ou encore des tremblements de terre que les deux régions ont en commun. On peut éventuellement mentionner leurs histoires communes d’isolation : le Japon, île très éloignée, et la Californie, fameuse frontière où l’on se rendait pour échapper au mauvais temps et aux vieilles traditions. On pourrait dire que l’éloignement des influences immédiates leur ont donné la liberté de cultiver de nouvelles et incroyables idées, qui elles-mêmes s’influenceraient mutuellement pour se propager ensuite dans le monde entier.
Il est évident que l’impact du Japon sur la Californie va bien au-delà du domaine de l’architecture ; il touche également l’art, la culture, la cuisine et la mode. La fondation de la marque Oliver Peoples elle-même est d’ailleurs profondément liée à ce pays. Lorsque ses fondateurs ont découvert la lunetterie japonaise pour la première fois à la fin des années 80, ils y ont immédiatement perçu une esthétique raffinée et une expertise sans égale propre au Japon. Un tel savoir-faire se devait d’agrandir son public. La première boutique Oliver Peoples, située sur le Sunset Strip, a ouvert ses portes en 1987 en proposant des montures fabriquées exclusivement au Japon. Deux ans plus tard, l’enthousiasme s’est avéré partagé : Oliver Peoples ouvrait alors sa deuxième boutique, cette fois à Tokyo.

Oliver Peoples’ first business card

La Walker House est un exemple de sobriété où la couleur est utilisée de manière réfléchie et dans un but précis.

Le modèle Takumi 2 en Antique Gold trônant sur un livre d’estampes japonaises, un clin d’œil à l’amour de l’architecte pour cet art.

Tout comme Frank Lloyd Wright, Oliver Peoples a longtemps été fascinée par la capacité qu’ont les Japonais de sublimer le simple. L’audace se cache dans les détails les plus subtils et la beauté ne doit pas nécessairement sauter aux yeux. On peut la trouver dans les fines courbes d’un filigrane ou encore dans la forme sophistiquée des verres. L’ostentatoire n’est pas synonyme de valeur et les matériaux jouent un rôle essentiel dans le résultat final. Pour atteindre la perfection, même la moindre petite vis ne peut être laissée au hasard. Frank Lloyd Wright ne serait pas Frank Lloyd Wright sans ses estampes japonaises, tout comme Oliver Peoples ne serait pas Oliver Peoples sans son expérience de l’artisanat japonais. Comparativement au paysage extravagant qui l’entoure, la Walker House dégage un sentiment de respect, voire de calme. Sa simplicité est apparente et ses dimensions modestes. Plutôt que de le dominer, elle s’intègre dans le paysage.
À des milliers de kilomètres du pays où Wright a découvert les philosophies du design qui allaient inspirer ses œuvres, l’« élimination de l’insignifiant » se perpétue ici, et parvient à créer une atmosphère à la fois profondément californienne et fondamentalement japonaise. L’œuvre de Wright lie étroitement les deux univers, si bien qu’il est parfois difficile de savoir où se termine l’un et où commence l’autre. Cette même influence intrinsèque se retrouve dans la collection capsule Takumi d’Oliver Peoples. Son lien de longue date avec le Japon est visible jusque dans les moindres détails. Les créations imaginées dans ses studios californiens prennent vie entre les mains d’artisans japonais qui confectionnent chaque monture avec une perfection quasi indescriptible. Comme dans la Walker House de Wright, une certaine philosophie confère la même valeur à chaque composante de Takumi. Ensemble, ces délicieux et néanmoins subtils détails s’accordent à merveille et produisent un charisme paisible, éternel comme la mer et solide comme la pierre.

Original film of the Oliver Peoples OP-506

Le coucher de soleil éclairant la côte californienne de ses teintes dorées.

Interview: Jenny Bahn

Photos: Rich Stapleton

Takumi d’Oliver Peoples : un hommage à l’héritage de la marque et à l’artisanat japonais

Styles dans cet article: